Saison régulière REPLAY HISTORIQUE

Biarritz, Montpellier, La Rochelle… le jour où ils se sont qualifiés lors de la dernière journée de TOP14

Biarritz, Montpellier, La Rochelle… le jour où ils se sont qualifiés lors de la dernière journée de TOP14

Publié le 06/06/2024

La dernière journée est souvent synonyme d'incroyable rebondissements, surtout en ce qui concerne les places dans le wagon des qualifiés. Retour sur ces équipes qui ont pu grimper dans le top 6 in-extremis dans les derniers instants de la phase régulière. 

2007 : Biarritz, ce n’est que du bonus

Les Basques luttent depuis la 13e journée avec Perpignan et Toulouse pour une 4e place synonyme de qualification en demie, les barrages n’existant pas encore. Les Rouge et Noir vont prendre leur envol mais Catalans et Biarrots vont s’affronter dans un duel à distance jusqu’à la dernière journée. L’USAP reçoit Montpellier et triomphe des Héraultais 14-9, tandis que Biarritz fait de même contre Castres à la différence près que Marcelo Bosch marque l’essai du bonus à la 56e. Un petit point de plus qui a de grandes conséquences puisque le BO se qualifie mais perdra face au futur champion, le Stade Français, en suivant.  

Marcelo Bosch, le centre argentin marque un essai décisif pour le BO

2011 : Le MHR en « huitième de finale » 

A l’aube de la dernière journée de Top 14, Montpellier est 7e avec 67 points. Devant les Héraultais siègent Biarritz (6e, 68 unités) et Toulon (5e, 70 points). Hasard du calendrier, MHR et RCT se retrouvent pour la 26e et ultime journée ! Une sorte de 8e de finale ayant lieu au stade Yves-du-Manoir avec un duel de stars opposant les Bustos Moyano, Nagusa et Trinh Duc d’un côté face aux Wilkinson, Mignoni et Fernandez Lobbe de l’autre. Tout en maitrise, les Cistes s’imposent 27-3 accédant aux barrages. Ils iront jusqu’en finale battus par Toulouse sur le score 15-20. 

Martin Bustos Moyano célèbre la qualification avec son entraineur, Fabien Galthié

2015 : Le malheur de l’UBB fait le bonheur du Racing 92 

Avant la fin les quatre premiers sont déjà déterminés. Cependant cette saison laisse une fois de plus place à un suspense insoutenable pour le dernier ticket qualificatif. Acteurs de ce thriller, Oyonnax (5e 62 points), l’UBB (6e 60 points) et le Racing 92 (7e 60 unités). Les Oyomen chutent lourdement à Toulon mais sans conséquence puisque le véritable rebondissement a lieu au stade Ernest-Wallon où Toulouse bat sur le fil les Girondins. Score final 23-22… Le malheur des uns fait alors le bonheur des autres puisque les Franciliens atomisent Castres, avec notamment un doublé d’Imhoff, pour assurer leur place en phase finale. 

Le zébulon argentin du Racing 92, Juan Imhoff, a signé un doublé décisif

2019 : La Rochelle, le passage en force

Le suspense règne au moment du coup d’envoi de la 26e journée. Les supporters Rochelais, Montpelliérains et Castrais ont un œil rivé sur le terrain et l’autre sur le téléphone pour savoir qui va parvenir à se qualifier. Le CO a un avantage avec ses 69 points et sa 5e place mais le MHR 6e est sous pression. En effet, La Rochelle est 7e à égalité de points mais lors de cet ultime rendez-vous de la phase régulière, les Maritimes reçoivent l’UBB tandis que les Héraultais vont à Clermont. Le pire c’est que les Cistes vont réaliser un petit exploit en s’imposant à Marcel-Michelin 27-28 mais insuffisant face au carnage ayant eu lieu à Marcel-Deflandre. En effet, les Rochelais étrillent les Girondins 81-12, 12 essais marqués et bonus empoché, ils accèdent aux barrages pour un point de différence. 

Ce jour-là, l'ailier international des Maritimes a scoré un triplé !

2021 : Un héros nommé Joris

Au bout du pied plus qu’une victoire. A la 74e minute du match face à Bayonne, Joris Segonds, l’ouvreur du Stade Français, a réalisé un double exploit. Sa pénalité a permis aux Soldats Roses de s’imposer à Jean-Dauger 9-12 mais surtout de se qualifier. Au coude à coude avec Castres et surtout Toulon, les Parisiens ne flanchent pas dans leur duel à distance avec le RCT qui sera lourdement vaincu à Pierre-Fabre (46-24). Les Franciliens profitent de cette dernière journée pour chiper la place des Varois dans les derniers centimètres du sprint final.  

Une fois de plus, l'ouvreur du Stade Français a donné la bonne direction